Au ciné

Dans les forêts de Sibérie

Le roman de Sylvain Tesson du même nom et qui a surtout inspiré le film, a été un énorme coup de coeur, une révélation (retrouvez mon article ici). J’étais impatiente de découvrir son histoire à l’écran. C’est chose faite, j’ai vu Dans les forêt de Sibérie de Safy Nebbou et je vous en parle !

L’histoire : Pour assouvir un besoin de liberté, Teddy, un chef de projet multimédia d’une trentaine d’années, décide de tout laisser derrière lui pour aller vivre seul dans une cabane sibérienne sur les rives du lac Baïkal. Sur place, il est rapidement confronté aux éléments et à la solitude. Pas de voisins, pas de routes d’accès. Certains jours, Teddy parcourt plusieurs kilomètres autour de sa cabane, tantôt à pied, tantôt en patin à glace. Une nuit, piégé par une violente tempête de neige, il est secouru par Aleksei, un braconnier russe en cavale qui vit caché dans la forêt depuis des années. Entre ces deux hommes que tout oppose naît une vraie amitié…

Mes impressions : Librement adapté. Ce sont les premiers mots du générique de fin et ils définissent parfaitement les différences que l’on trouve entre le roman et le film. Le contexte, c’est-à-dire le lieu et les intentions de départ du personnage principal, est similaire à celui du livre. Mais le déroulé est divergent, et je dois dire que j’ai été totalement charmée.

Les images sont magnifiques, les plans superbes, la Sibérie apparait comme un no man’s land unique. La solitude y est retranscrite avec justesse, ainsi que la communion avec la nature. Raphaël Personnaz est bluffant dans cette ode à la simplicité. Toutes les réflexions exprimés par l’auteur dans le livre sont présentés de façon originales dans le film. C’est la rencontre avec Aleksei, véritable ermite de la forêt, qui apporte son lot de questionnement. Une forte opposition se dessine dans le film, celui qui subit son exil et celui qui la provoque, où commence la liberté ?

Le livre et le film ont chacun une façon singulière de raconter la même chose. J’ai été très émue par de nombreuses scènes dans le film. C’est une véritable merveille. La bande originale est signée Ibrahim Maalouf et c’est un peu la cerise sur le gâteau. Ajoutez à cela quelques touches d’humour.
J’ai peu de mots pour parler du film, allez simplement le voir !

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply