En vadrouille

En Hongrie

Il y a – déjà – quatre mois, j’ai passé une semaine en Hongrie avec Pauline, une amie. Nous y avons rejoins Garance, une autre amie en service volontaire européen à l’Institut français de Pécs. Elle a donc tout bonnement été notre guide durant ce séjour et nous a fait découvrir le charme de deux villes : Pécs et Budapest. Petit récap’ des bonnes adresses où nous nous sommes arrêtées.

Après une longue journée dans les transports (train + bus + avion + métro + train = enfin arrivées), nous avons enfin posé un pied à Pécs. La ville est située au sud-ouest de la Hongrie, en TransDanubie. Souvent oubliée, il s’agit pourtant d’une ville authentique et gorgée d’histoire.

pecsEn effet, carrefour culturel et religieux, nous avons pu y admirer une mosquée (héritage de l’occupation turque du XVIème au XVIIème siècles), une basilique, et une synagogue. Les couleurs sont omniprésentes : cette ville possède un patrimoine architectural unique, entre ses bâtiments historiques et ses habitations typiques. J’ai trouvé Pécs calme et reposante (malgré le temps pluvieux que nous avons eu).

En Hongrie, bien manger c’est essentiel, et cette diversité s’est aussi retrouvée dans nos assiettes !

István pince (la cave d’Etienne, du nom d’un roi du Moyen-Âge) : Nappes vichy, tables en bois, bancs à partager, l’ambiance y était conviviale, « à la bonne franquette ».  Nous y avons dégusté notre premier met typiquement local : le goulash. Il s’agit d’une soupe épicée (paprika doux et fort) composée de viande de boeuf et de légumes (le poivron y est indispensable). Cette soupe s’accompagne avec du pain et constitue un repas riche et complet.

Bohemia Sörkonyha : Ou la brasserie bohémienne. Nous avons adoré les burgers de ce restaurant ! Pas très dépaysant mais alléchant 🙂 .

Egylet – Kézműves Söröző és Balkán Bisztró : Ce bar à bière (qui propos une bière au coing excellente en fonction des stocks) offre également la possibilité de manger. Nous y avons gouté une spécialité des Balkans, le « Ćevapi », de la viande de boeuf et d’agneau mélangées et réunis sous forme de « saucisses », le tout inséré dans une sorte de galette. C’était délicieux, nous étions calées.

Csinos presszó : il s’agit du bar récup’ de Pecs : petits coins lecture, de nombreuses pièces avec canapés et une superbe terrasse, ce bar est parfait pour prendre le thé et flâner en pleine après-midi, ou faire la fête le soir.

Jókai bisztró : ce restaurant revisite les plats traditionnels hongrois. Il propose un menu du jour très abordable, un cadre moderne et un service impeccable (digne d’un grand restaurant français).

Jókai Cukrászda : il s’agit d’un salon thé cosy où nous avons pu déguster des pâtisseries hongroises. Les pâtisseries sont aussi jolies que goûtues !

> Mór Jókai est un écrivain hongrois très populaire. L’équivalent de Victor Hugo pour nous.

Eglise de PecsFruits et LégumesC’est le ventre lourd et le coeur léger que nous nous sommes mises en direction du nord du pays : cap sur Budapest après quelques jours dans la douce Pecs ! Nous avons opté pour l’équivalent du Blablacar hongrois, Oszkár télékosci moins cher et plus rapide que le train. Ce trajet a été particulièrement cocasse : nous étions à l’arrière d’une voiture toute crottée de 7 places en compagnie de covoitureurs décomplexés n’hésitant pas à partager des photos coquines ahah.

budapestBudapest réunit deux villes séparées par le Danube : Buda et Pest. A Buda, on trouve le château royal, Budavár. La vue depuis la colline y est époustouflante, surtout de nuit. On y aperçoit le parlement et les ponts qui relient la ville, tous illuminés. Pest est plus populaire, on s’y sent bien. Un seul mot d’ordre : lever les yeux ! Toute la beauté de la ville se trouvent dans les petits détails que l’on peut remarquer en hauteur. Nous avons été particulièrement surprises par le nombre de statue qui jonche la ville (art gothique +++).
Les deux pans de la ville sont aussi différents que beaux. Budapest est une capitale à deux visages.

MUSEES

Si je ne devais vous conseiller que deux musées, je choisirai le Ludwig múzeum et la Maison de la terreur. Le premier, situé dans un bâtiment moderne et audacieux, présente des oeuvres pop arts et contemporaines. Elles ont fait échos au côté branché de la ville, aux nombreux ruines bars qui l’animent et aux friperies que l’on peut y trouver.
La maison de la terreur est plus saisissante : elle présente l’histoire de Budapest durant l’occupation allemande et soviétique. Plus sombre, ce musée a la particularité d’avoir une médiation remarquable. L’approche historique est intuitive et captivante (même pour les moins initiés et passionnés d’histoire). On y trouve des mises en scènes, de nombreuses vidéo d’époque, et surtout la visite des cachots qui ont fait office de lieu de torture à l’époque… ggrrrh.
Ces musées sont complémentaires et paradoxales ! J’ai eu le sentiment d’avoir une vue d’ensemble de Budapest, à la fois branchée et secrète…

RUINES BARS

Szimpla Kert Ruin Pubs : il est certainement le plus célèbre de Budapest. A tel point, qu’il en est devenu un passage obligé, un repère à touristes, un musée de la récup’. Mobilier éclectique, nains qui se balancent, vélo suspendu, objets de toutes sortes : ce joyeux bazar aménagé est stupéfiant. J’étais comme une enfant, j’ai eu envie de tout prendre en photo !

Fogasház : un autre ruine bar, nouveau repère des budapestois. Nous y avons bu des verres, profité de l’ambiance et de la musique. Cet endroit est vraiment sympa pour passer une soirée.

C’EST L’HEURE DU GOÛTER

Gerbeaud/Zserbo : ce salon de thé est une merveille. L’intérieur est digne de beaux palais royaux : tapisserie à motifs anciens, mobilier classique, lustres imposants. J’ai été soufflée par la décoration. Un peu plus et j’étais une princesse. Nous y avons pris des chocolats chauds, certainement le meilleur que j’ai jamais bu, fort en chocolat et très doux une fois en bouche. J’en rêve encore (non pas Gérald De Palmas ahah).

SE RESTAURER

Après une longue marche et une visite de Buda Castle, quoi de mieux qu’un goulash ? Mais attention aux attrapes touristes ! Heureusement, nous avions notre guide 😉 .

Ildiko konyha (la cuisine d’Ildiko) : Situé au pied, de la colline, ce petit restaurant propose du goulash mais aussi d’autre soupes hongroises. Nous y avons fait le plein d’énergie !

INCONTOURNABLE

Budapest est aussi connue pour être la ville des week-ends en amoureux. En effet, on y trouve de nombreux bains thermaux. Nous avons testé les bains Géllert. Ce sont des bains mixtes, notamment connus pour cette photo où des joueurs d’échec s’affrontent au milieu de l’eau. La mosaïque y est très belle. Quelle bonheur de se trouver dans des bains très chauds et la tête à l’air frais. Parfait pour la détente.

Voilà les choses comme je les ai ressenti.. Après une semaine riche en émotion, nous sommes rentrées en France.

Bain GéllertParlementSzimpla Kert Ruin Pubs

Dernières idées et conseils en vrac

Notre semaine en Hongrie nous a coûté environ 400€, logement et transports compris. La monnaie locale se nomme le Forints, et 1€ équivaut à 300 Forint. En règle général, il est possible de manger ou de visiter un musée pour environ 1000 Forint soit un peu plus de 3€. Petite exception : le métro est très cher, ne vous risquez pas à tricher car vous êtes contrôlé à chaque fois !
Chaque rencontre en Hongrie est toujours une grande aventure même si les hongrois ne sont pas toujours très accueillants et parfois même hostiles avec certains voyageurs. Je dirai que s’adapter et être ouverts sont les meilleurs moyens d’attiser leur sympathie. User de quelques mots de politesse en hongrois (bonjour/szia, merci/köszönöm, s’il vous plaît/kérem, aurevoir/búcsú) permet indéniablement d’établir un lien de confiance avec eux !

Métro & Garance

La plus hongroise des françaises 😉

Previous Post Next Post

8 Comments

  • Reply Joyeux Magazine 15 février 2016 at 8 h 19 min

    Génial ! J’ai adoré cette ville. Ton article me rappelle de beaux souvenirs 🙂

  • Reply Anything is possible 15 février 2016 at 11 h 05 min

    J’aimerais beaucoup y aller ! Mais comme dit ma mère, « toi tu as envie d’aller partout ». C’est pas faux ! 🙂

    • Maitetxu
      Reply Maitetxu 15 février 2016 at 12 h 12 min

      Mon père me dit pareil 😉

  • Reply Bèze 15 février 2016 at 16 h 20 min

    Bravo pour cet article qui suscite l’envie en moi d’y aller …

  • Reply garance 15 février 2016 at 17 h 39 min

    Bel article ! Pour continuer le voyage de Maitetxu, voici un petit blog racontant les péripéties de Solenne, une française qui est volontaire en Hongrie http://www.paprika-telegraph.com/

    • Maitetxu
      Reply Maitetxu 15 février 2016 at 18 h 00 min

      Merci Gagou mais je vois pas le lien ! ^^

  • Reply l'angevine 17 février 2016 at 10 h 08 min

    je découvre ton blog grâce à ekieder

  • Reply Lisa le PIngouin 4 mars 2016 at 11 h 26 min

    Sympa cet article, merci beaucoup pour les conseils et les bons plan !

  • Leave a Reply