Je bouquine

La dernière réunion des filles de la station service & Replay

Deux livres, deux thèmes, je vous parle de mes lectures du mois de mai et de juin, dans le cadre du #clublectureMS !

La dernière réunion des filles de la station service

Ce n’est habituellement pas le genre de lecture qui m’attire : la couverture est très colorée, le résumé très enjoué et le titre ne me parlent pas. Mais grâce au club, je sors chaque mois de mon petit confort littéraire. Avec Fannie Flagg, connue notamment pour avoir écrit Miss Alabama et ses petits secrets, c’était un moment feel good assuré.

L’histoire : Après avoir marié la dernière de ses filles, Sookie Poole aspire à un repos bien mérité. Elle aimerait se consacrer enfin à elle, à son couple, faire avec Earle, son mari, les voyages dont elle rêve. Mais elle doit encore compter avec sa mère, l’incroyable Lenore Simmons Krackenberry qui, à 88 ans, épuise les infirmières à domicile les unes après les autres. Si certains de ses coups d’éclat récents peuvent laisser penser qu’elle souffre de démence sénile, le diagnostic n’est pas aisé à établir car, toute sa vie, son comportement a été des plus excentriques. Le jour où un mystérieux interlocuteur révèle à Sookie un secret de famille parfaitement inattendu, son existence vole en éclats, à commencer par ses rapports avec sa mère. Afin de comprendre qui elle est vraiment, Sookie va alors se mettre sur la piste d’une femme exceptionnelle, Fritzi, qui, en 1940, tenait avec ses trois sœurs une station-service dans le Wisconsin.

Mes impressions : Le style a beaucoup de charme : si bien que je me suis instantanément laissée emporter par le roman. Les chapitres sont courts, et le lecteur alterne entre la petite vie de Sookie dans les années 2000 et l’histoire de Fritzi durant la seconde guerre mondiale. Deux femmes, deux époques, deux personnalités et un énorme paradoxe. C’est le sentiment qui m’a le plus frappé tout au long du roman.

Fritzi est ambitieuse et déterminée. Son histoire est remarquable puisque l’on suit d’abord son travail à la station service de son père puis son engagement dans les WASP (Women Airforce Service Pilots). On parle trop peu souvent du rôle des femmes pendant la seconde guerre mondial. Ce livre est en ce sens un véritable hommage. J’ai trouvé ces chapitres engagés et passionnants.
A côté, les passages abordant la vie de Sookie m’ont paru bien futiles. Son personnage m’a bloqué. Naïve, ses réactions m’ont parfois agacées. Les questionnements autour de ses origines, de son identité, de la quête de soi, bien qu’intéressants, sont maladroitement abordés, à l’image du personnage principal.
Le coeur de l’histoire est donc prenant, parfois drôle et touchant. Mais une multitude de petits détails ont partiellement gâché ma lecture et tendaient à décrédibiliser le roman (je pense en particulier au prénom des personnages…). L’intérêt que j’ai ressenti est de ce fait déséquilibré et me laisse un sentiment mitigé.

Je ne suis pas vraiment déçue, puisque je n’en attendais pas plus. Ce n’est définitivement pas le style de roman pour lequel je me passionne, mon avis n’est, de ce fait, pas tout à fait objectif. Je suis cependant ravie d’avoir expérimentée ce genre et d’y avoir découvert quelques bonnes choses tout de même (notamment du point de vue historique). Les fans du feel good apprécieront certainement, et les autres pour une lecture d’été sans prise de tête !

Replay

Virage à 360° pour le mois de juin avec le super thème du voyage dans le temps. La sélection (à retrouver ici) était riche, si bien que j’ai conservé les titres afin de m’en inspirer pour mes prochaines lectures. C’est donc avec énormément d’enthousiasme que j’ai lu Replay de Ken Grimwood.

L’histoire : En ce 18 octobre 1988, Jeff Winston se trouve dans son bureau new-yorkais, et écoute sa femme lui répéter au téléphone : « Il nous faut, il nous faut… » Il leur faudrait, bien sûr, un enfant, une maison plus confortable. Mais surtout parler. A coeur ouvert. Sur ce, Jeff meurt d’une crise cardiaque. Il se réveille en 1963, à l’âge de dix-huit ans, dans son ancienne chambre d’université. Va-t-il connaître le même avenir? Non, car ses souvenirs sont intacts. Il sait qui va gagner le prochain Derby, et ce qu’il en sera d’IBM et d’Apple… De quoi devenir l’homme le plus puissant du monde, jusqu’à… sa deuxième mort, et qu’une troisième, puis une quatrième vie commencent..

Mes impressions : Mon engouement et ma curiosité ont tout de suite été éveillés par le concept original que nous présente l’auteur. J’ai trouvé la brutalité du retour dans le temp aussi bien retranscrite dans le livre que vécue par Jeff, le personnage principal. Son temps précieux qu’on le contraint à revivre, il finit par le subir. Et je crois que toutes les petites phrases ou philosophies que l’on se dit régulièrement (« Carpe Diem », « On a qu’une vie »), prennent tout leur sens ici.

La clé de la compréhension de l’histoire passe par l’identification. Le roman n’est pas chargé en rebondissements, le lecteur accompagne simplement Jeff dans ses choix tout au long de ses vies. L’auteur nous pousse à de fortes réflexions intérieurs. Que ferions-nous à sa place ? Que changerions-nous ?
Le confort financier semble la première réponse (dans le roman). J’y ai trouvé un certain cynisme et une vraie critique de notre système. Viennent ensuite la descendance, le sexe, les voyages… et la lassitude. La vie est donc plus précieuse quand elle ne peut-être vécue qu’une fois (enfin normalement ahah !). L’auteur nous questionne, à travers le personnage de Jeff, sur ce qui a du sens pour nous, ce qui est important dans notre vie, nos buts. Il en ressort une force énorme. Oser vivre.

La seule chose que je regrette, est le manque de réponse.. mais je n’en dis pas plus afin de ne pas gâcher le suspens ! Je termine tout de même sur une note positive. Au delà de l’histoire, plutôt simple en elle-même, j’ai vu en ce livre une sorte de leitmotiv.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Myriam 24 juillet 2016 at 16 h 49 min

    Hello !

    Je suis assez d’accord avec toi concernant « La dernière réunion des filles de la station service »… Si le roman avait été centré sur Fritzi et son époque, le roman aurait eu plus de saveur à mon goût 😉

    Concernant Replay, j’ai trouvé le récit assez plat, il ne m’a pas embarqué. Surtout, les problématiques posées par ce roman n’ont pas vraiment trouvé d’écho en moi… Mais ça, ça dépend du lecteur, je pense.

    Mais, à part ça, tu compte faire le Summer Challenge du Club ?

    • Maitetxu
      Reply Maitetxu 17 septembre 2016 at 18 h 26 min

      Hello Myriam, merci pour ton commentaire 🙂 je te réponds un peu tardivement, j’ai un peu trop profité de l’été ahah. Mais j’ai quand même pris le temps de participer au Summer Challenge et toi ?

    Répondre à Maitetxu Cancel Reply