Je bouquine

L’Héritage

Comme à mon habitude, à chaque fin de mois je vous parle de la lecture commune du #clublectureMS (ici pour rejoindre le club). A l’honneur, cette fois-ci, les secrets de famille, l’heureux élu, L’Héritage de Katherine Webb et au programme, passé trouble, trahison, fraternité, rivalité. En un mot, du mystère !

L’histoire : Beth et Erica viennent d’hériter du manoir de leur grand-mère Mérédith à Storton. Cela fait 25 ans qu’elles n’y sont pas retournées. La raison : la disparition de leur cousin Henry, 12 ans à l’époque. Alors que Beth semble totalement tétanisée, Erica décide de percer à jour cette affaire. Pour cela, elle remonte dans les souvenirs du manoir, en commençant ses recherches par son arrière grand-mère, Caroline Calcott.

Mes impressions : Le lecteur suit en parallèle deux aventures : celle de Beth et Erica de retour au manoir Storton, et celle de la vie de Caroline depuis l’année 1902. Un siècle sépare les deux histoires. Un siècle de modes de vie, de coutumes, de statuts différents. J’ai trouvé le contraste entre les deux époques justement décrit et enrichissant historiquement parlant. Si les époques paraissent éloignées, les secrets, eux, ne semblent pas avoir pris une ride. Katherine Webb décrit parfaitement cette culture du secret, du tabou, du non-dit. En effet, les personnages bien que liés, n’ont à aucun moment de véritable discussion. Ils apparaissent enfermés dans une sphère superficielle qui les protège de la réalité. Je trouve que cette caractéristique est particulière à la famille, et que Katherine Webb parvient à en faire un vrai sujet, le thème central du roman rondement mené. L’Héritage ne s’apparente pas seulement au bien matériel (représenté par le manoir) mais aussi (et surtout) à l’héritage moral qui se transmet de générations en générations. Les blessures passées influent sur les relations présentes. En cela, j’ai trouvé le roman très réussi.

Erica est le personnage à contre-courant de l’histoire. Elle décide de retourner aux origines de sa famille afin de briser cet héritage. Elle apparait parfois seule contre tous, et j’ai souvent trouvé les autres personnages agaçants et bornés.

Personnellement, je trouve que L’Héritage constitue un bon roman de vacances d’été ! Le suspense est bien ficelé, le côté retour aux sources familiales a un goût d’enfance, la lecture est agréable. Cependant, j’ai parfois été dérangée par l’écriture de l’auteure : elle utilise énormément de présent dans les parties qui s’attachent à l’histoire de Beth et Erica. Même si j’ai bien compris que ce procédé était destiné à marquer la différence avec l’histoire de Caroline, j’ai eu l’impression qu’il cassait un peu mon rythme de lecture. De manière générale j’ai apprécié cette lecture, j’ai été conquise par le thème. Si bien que je garde dans un coin de ma tête La Scène des Souvenirs de Kate Morton, qui faisait parti de la sélection et pour lequel j’avais voté !

Retrouvez mon avis sur les éditions passées du #clublectureMS :

L’île mystérieuse, Jules Vernes – Janvier 2016
Le cirque des rêves, Erin Morgenstern – Décembre 2015
Le diable sur les épaules, Christian Carayon – Novembre 2015
Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles, Suzanne Hayes & Loretta Nyhan – Octobre 2015

Previous Post Next Post

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Sandy 27 février 2016 at 20 h 25 min

    Je trouve que tu fais une bonne analyse du roman, c’est vrai qu’il y a beaucoup de non dit tout au long de l’histoire et d’ailleurs j’ai trouvé que ça en était agaçant parfois, même si c’est le fil conducteur de l’histoire ^^

  • Reply Sofia LM 3 mars 2016 at 10 h 59 min

    J’adore ton analyse du roman. Tu as soulevé des points que j’avais perçus mais pas formalisés et tu en parles avec clarté et justesse, notamment sur le fait que les personnages sont « enfermés dans une sphère superficielle qui les protège de la réalité ». C’est super bien vu !

  • Leave a Reply