Je bouquine

Message des hommes vrais au monde mutant

Voilà une lecture qui sort complètement de mes sentiers habituels. Marlo Morgan m’a entrainée au coeur d’une aventure secrète et mystérieuse. Message des hommes vrais au monde mutant dévoile un récit plein de sens et de réflexions.

Alors qu’elle est en mission professionnelle, Marlo Morgan est conviée à partager un moment avec des aborigènes australiens. Elle se retrouve alors entrainée dans une marche au coeur du désert. Dépouillée, déconnectée, elle redécouvre la vie.

Connexion. C’est le mot qui me vient à l’esprit après cette lecture. Le récit aborde avec finesse et sensibilité les liens qui nous unissent, l’écoute de l’autre, la compréhension. L’enseignement est fondamental, et il part du postulat qu’il est avant-tout nécessaire de se connaitre et de savoir s’écouter. Le voyage dans le désert est une allégorie : il s’agit en premier lieu d’un voyage au coeur de soi, d’une recherche personnelle, de ce qui nous fait « être ». Marlo est en pleine renaissance spirituelle, imagée par sa mutation physique tout au long du récit (sa peau ne cesse de peler). J’ai adoré progresser avec elle : si aux premières lignes je l’ai trouvée superficielle et détestable, je me suis finalement attachée à son évolution. Cette connexion avec soi, les autres, ne serait par contre pas complète sans le lien qu’entretiennent les aborigènes avec la terre. Cette communion avec la vie toute nue est pleine de sagesse : notre quotidien, les artifices, les carcans que nous nous imposons, les obligations sociales et professionnelles sont remis en question (sans jugement) au profit de la sincérité et des besoins naturels. D’ailleurs, le stress n’existe pas chez les aborigènes. Ces derniers délivrent énormément d’enseignements, et il est difficile de tout ingérer à la première lecture mais elle nous amène quoi qu’il en soit à voir le monde un peu différemment.

A ce propos, le récit – ou plutôt le message, qui prend tout son sens à la lecture – donne le sentiment d’avoir été écrit d’un seul jet et d’être un témoignage réel. Je me suis demandée si Marlo Morgan avait réellement vécu cette expérience : il s’agit d’une fiction, même si visiblement l’auteure laisse planer le doute. J’avais véritablement espoir que cela ce soit déroulée ! Cette histoire a en tout cas éveillé ma curiosité. J’ai ensuite fait de nombreuses recherches sur les aborigènes australiens dont je ne connaissais pas l’histoire.

J’ai la certitude que les enseignements dévoilés ne sont pas incompatibles avec notre « monde moderne ». Je terminerai avec un seul mot : s’ouvrir.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply