Je bouquine

Summer Challenger #clublectureMS

L’été, le beau temps, les vacances : s’évader tranquillement dans des romans bien choisis 😉

1. Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand

L’histoire : « Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

Pourquoi je l’ai choisi : Ce roman était classé chez Gibert Joseph dans la catégorie « Littérature sentimentale » : une section différente de mes habitudes de lecture.

Mes impressions : Les premiers mots du roman sont très forts, j’ai tout de suite été très émue. D’autant que la situation du personnage principal peut facilement trouver un écho personnel. Prise par cette émotion, j’ai enchaîné les pages. Le livre est court et se termine rapidement.
L’histoire aborde avec pudeur la reconstruction d’une femme qui a vu sa vie se fracturer en quelques instants. Le travail de deuil, l’espoir, la quête du renouveau, vivre. J’ai apprécié la mise en situation de tous ces points par l’auteur, parfaitement dissimulés sous l’histoire, tout au long du récit.
Le style est agréable. Je lirai certainement la suite à l’occasion !

 

2. Les adieux à la Reine – Chantal Thomas

L’histoire : 1810. Vienne est une ville ruinée et humiliée par le passage et la victoire de Napoléon. Agathe, ancienne lectrice de Marie-Antoinette, se souvient des derniers jours de la reine à Versailles après la prise de la Bastille, et particulièrement de ce jour où la famille royale s’est enfuie. Avec une écriture fébrile et minutieuse, elle restitue le faste de la Cour, savamment orchestré par cette reine si controversée.

Pourquoi je l’ai choisi : L’histoire se déroule en juillet 1789, en plein été !

Mes impressions : Je ne suis pas parvenue à rentrer dans l’histoire. J’ai trouvé le récit d’une lenteur et d’un ennui immense. Le roman joue sur une attente interminable : celle du sort des hautes personnalités de la cour et de la famille royale suite à la prise de la bastille. Le récit se divise entre fuite et fidélité au roi : un univers s’étiole.
Je dois cependant reconnaitre, que la cour de l’époque est décrite avec minutie. Chaque détail viennent enrichir le décors du livre. Il s’agit là d’une « reconstruction historique » superbe et passive, et les passionnés d’histoire seront certainement comblés.
De plus, le style de l’auteur est très riche et complexe, et cela m’a, dès le départ, complètement freiné dans ma lecture.

 

3. La vérité sur l’affaire Harry Québert – Joël Dicker

L’histoire : À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Pourquoi je l’ai choisi : 854 pages dans les mirettes !

Mes impressions : Une mise en abîme sublime ! La structure du roman est très intéressante : chaque chapitre est ponctué par des conseils d’écrivains (très pertinents). De plus, l’histoire semble s’écrire a fil des pages lues… j’ai trouvé l’expérience géniale !
Le suspense infuse lentement, nourri par des flash-backs captivants. L’histoire révèle avec subtilité la nature des personnages et plus largement le comportement des Hommes. Les secrets, les destins s’entremêlent. J’ai peu de mots (certainement l’émotion) pour dire à quel point ces pages ont été une révélation : j’ai adoré ce roman, je l’ai dévoré et depuis j’y pense régulièrement. Ma nouvelle bible ❤

 

4. Les Disparus du Clairedelune – Christelle Dabos

L’histoire : Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle…

Pourquoi je l’ai choisi : Citacielle est bien loin de chez moi…

Mes impressions : Il s’agit du deuxième tome de la saga La passe-miroir (retrouvez mon article sur le premier tome ici). Si pour le premier la difficulté résidait pour moi dans la construction d’un imaginaire cohérent, celui-ci une fois crée, j’ai pu déroulé cette seconde partie de l’histoire sans aucun problème. Les personnages se dévoilent, l’intrigue aussi…
L’entrée en matière faite, j’ai trouvé ce tome plus prenant : mieux construit, des enjeux plus définis, des événements inattendus et la découverte d’un monde toujours plus fantastique. Les dernières pages sont magistralement orchestrées. J’ai hâte que le tome 3 sortent en librairie… Et pour patienter, je suis devenue membre d’un groupe Facebook La passe-miroir, administré par l’auteur elle-même, un espace de discussion et d’échanges aussi dédié aux représentations des personnages. Si vous êtes aussi accrochés que moi à cette saga foncez et vous y découvrirez de très chouettes fanarts !

 

5. Tokyo Express – Matsumoto

L’histoire : Les cadavres d’un obscur fonctionnaire et d’une serveuse de restaurant de Tokyo sont découverts sur une plage de l’île de Kyushu. Conclusion : double suicide amoureux par empoisonnement au cyanure. Mais deux détails attirent l’attention des enquêteurs…

Pourquoi je l’ai choisi : Il faisait parti de la sélection polar japonais du mois de mars.

Mes impressions : J’ai choisi ce roman pour sa longueur. Au vu de ma sélection riche, il me semblait que terminer sur un policier court était une bonne idée. C’est exactement à cause de ces mêmes critères que je n’ai pas apprécié ce roman.
La situation initiale, celle d’un double suicide amoureux, offre en perspective une intrigue noire et sordide. C’est le cas. Amateur de polar ne partez pas tout de suite. J’ai regretté le manque de description des personnages. L’histoire se concentre totalement sur la résolution de l’enquête. Tout y est très mesuré, calculé, sous-pesé. D’une froideur et d’un pragmatisme sans fin. Si la mise en oeuvre est intéressante (digne d’une équation à X inconnus), elle ne m’a absolument pas passionnée. Je n’ai ressenti aucun attachement pour les personnages et c’est ce qui m’a manqué.

summer-challenge-clublecturems

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply