Au ciné

Un peu, beaucoup, aveuglément

Pour ce second article, j’ai choisi de parler d’une comédie romantique à la française, un véritable feel-good movie !

Quand une jolie pianiste emménage à côté d’un inventeur ermite. Ou quand un défaut de construction va contraindre deux personnes qui ne se connaissent pas et qui ne se voient pas à cohabiter. Ou comment tomber aveuglément amoureux.

Le film reprend avec brio le principe de la rencontre sur internet, on parle, on se découvre, on se raconte : ce qui fait vivre la relation ce sont les petits détails du quotidien qui sont partagés au détour de l’écran sans s’encombrer des désagréments de la vie à deux. Alors on ne se voit pas, du moins pas tout de suite.
C’est un mur mitoyen mal isolé qui joue cet intermédiaire dans le film : véritable clé de voûte, il permet aux deux protagonistes d’entrer dans un jeu de rivalité puis de séduction.

La question du physique semble alors paradoxalement éclipsée et omniprésente. Sans se voir, Machin-Machine (comme ils se surnomment) se livrent l’un à l’autre, comme si leur identité était masquée, comme si leurs pensées étaient plus libres d’être partagée sans un visage. A la fois, cette même question, les obsède, « est-ce que je vais lui plaire ? », « est-ce que je l’ai déjà croisé ? ». Autant d’interrogations qui donnent lieu à des situations cocasses dans le film.

bernier

Avec beaucoup d’humour, Clovis Cornillac met en lumière une rencontre pas comme les autres, celle de deux personnes que tout opposent (à noter la disposition en parallèle des deux appartements, reflet de la personnalité de chacun). Il n’y a pas de surprise particulière, le film est prévisible du début à la fin, mais peu importe : la relation entre les personnages (et l’alchimie entre Mélanie Bernier et Clovis Cornillac) fonctionne tellement bien que l’on attend surtout de voir comment cela a été mis en scène. Une comédie romantique toute douce à voir à deux pour se faire des clins d’oeil pendant le film, et tout seul pour s’amuser des situations abracadabrantes. Un énorme plus pour la bande originale.

Un seul mot : à la folie !

Photos : © Paramount

Previous Post Next Post

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Sarah 16 décembre 2015 at 12 h 23 min

    Oh non, là par contre je me suis ennuyée beaucoup …

  • Reply Aurore 26 février 2016 at 13 h 19 min

    Je n’en attendais rien mais je me range à ton avis, c’est vraiment un joli film !

    • Maitetxu
      Reply Maitetxu 26 février 2016 at 17 h 34 min

      Pareil, et récemment j’ai vu « Et ta soeur » de Marion Vernoux qui est adapté d’un film américain. C’est un peu le même genre, c’est « mignonnet ».

    Leave a Reply